“Sylvain Gérard” Scène Artistique de Marseille circa 1995


Mes excuses à l’avance pour mon Français cassé, Napo.

J’ai commencé à écrire cela et me suis arrêté , comment pourrais-je moi-même ami de Sylvain Gerard envisager . Je le connaissais et je suis resté dans son attelier sur Le Boulevard des Dames au printemps 1995, mais dans cette brève six semaines, nous avons couvert une période très intense ensemble, une sorte de Van Gogh , Gauguin à Arles expérience . Le rencontrer est venu à un moment décisif dans ma vie , et il a joué un rôle important comme un conduit à un nouveau regard sur mon travail et la vie quotidienne .

Sylvain Gerard, Marseille 1995
Sylvain Gerard, Marseille 1995

Dans les mois qui ont précédé mon voyage à Marseille , j’avais rencontré Anna Boghigian à Toronto , qui a passé la plupart de son temps à voyager d’un centre mondial de l’art à l’autre. Pendant ces mois d’hiver Anna m’a parlé de Marseille et de la scène de l’art , et comment je pourrait m’inscrire avec le travail que je fais , Anna m’a donné le nom de Sylvain et son numéro de téléphone et m’a dit de l’appeler , dès qu’arrivé . Avec à peine plus d’argent je suis parti pour Marseille , et quand je suis arrivé , je l’ai appelé , il était occupé à des travaux de finition pour un spectacle d’ouverture à Galerie Athanor de Jean Pierre Allis . Nous avons accepté de ce voir à la galerie le jour suivant, quand je suis arrivé dans la galerie,  J’ai été tellement impressionné par la quantité de commande qu’il avait. Un personnage puissant , dans un fauteuil roulant tirant ces grands dessins au fusain sur le sol en train de décider ce qui va où . Tout s’est arrêté et m’a dit M. Allis la galerie était fermée , je lui ai dit que j’étais là pour rencontrer Sylvain , et ils retournèrent à là  discussions . A un moment, Sylvain a décidé qu’il voulait couper l’un dessins de deux par trois mètres , et a discuté avec M. Allis qui lui insistait de ne pas le faire . Sylvain m’a demandé de couper le dessin et bien , les artistes doivent se serrer les coudes , il m’a dirigé avec M. Allis en regardant avec incrédulité . Je crois que c’est le point où nous avont faite la connection, j’ai vraiment compris son sens d’urgence avec son travail et je suis complètement compris pourquoi le dessin devait être recadrée . Nous sommes partis et sommes allés mangé et lui mis au courant sur Anna et où elle pourrait être en ce moment , au Caire , en Inde, ou Londres .. à partir de là que nous avons passé presque tous les jours ensemble.

Je n’avais jamais aimé le charbon , parce que j’avais été présenté à ces esquisses de brindille whispy de l’école d’art , mais quand j’ai regardé les dessins de Sylvain les espaces noirs et absorbant et aspirait toute la lumière à un rythme étonnant , beaucoup plus affective que tout pigment . Les espaces blancs impeccable , aucune preuve de la poussière de charbon de bois ou d’effacement , il suffit le blanc du papier , incroyable . Métal ressemblait métal et de la pierre comme la pierre et le sujet poétique , dur, je me souviens du grand dessin d’un ange assis à une table , solitaire , ayant une cigarette dans un vaste bâtiment de pierre . Dans la grande surface de l’élaboration du blanc de la cigarette et les ailes blanches vaguement battues de l’ange .

Dans son studio , il avait un échafaud pour lui permettre de ramper et de travailler sur ses dessins massives , il m’a montré le charbon de bois qu’il utilisait et m’a donné quelques bâtons d’essayer , c’était Faber Castelle “Charbon de Sapin Sibérien # 12 . Quelque chose que je serais bientôt a découvrir, que c’est difficile à trouver sauf si vous habitez à Zurich . Des années plus tard , j’ai trouvé dix boîtes de celui-ci dans un magasin d’art à Fort Lauderdale en Floride et j’ai acheté toutes les cases , le greffier a dit , ” drôle, chaque fois que nous recevons ce genre de choses dans ce que quelqu’un arrive et achète tout cela ” .

J’ai eu ma brêve expoxition à La Galerie Palinure , dépenser tout le temps mes soirées à Sylvain de traîner avec ses amis et le dessin. Nous étions assis autour de boire et de parler , je n’ai pas pu suivre toute la conversation que je voudrais attirer . Sylvain, de temps en temps m’aidait en critiquant mes croquins , il y en avait qui etais vraiment horrible. Ce charbon de bois Siberien était impitoyable , où je touche le papier, je laisse une marque indélébile , il n’ya pas de position par défaut . J’ai commencé à utiliser les deux mains pour tirer , en acceptant mes empreintes digitales comme ma signature. Après une performance au ClubTrolleybus , on m’a demandé de quitter mon logement avec la dame Budhist alors je suis rester avec Sylvain au Grands Domaines sur Le Boulevard des Dames .

Napoleon B Side Graffiti, BLVD des Dames, 1995
Napoleon B  graffiti, Boulevard des Dames, 1995

C’est alors que j’ai pu le regarder travailler et de parler dessin et discuter histoire de l’art jusqu’aux petites heures . J’ai dormi sur le canapé dans le studio principal avec de grands fusains regardant vers le bas sur moi , j’ai absorbé la passion Sylvain avait pour la ligne et j’ai appris  faire confiance et de laisser le charbon raconter l’histoire . Parfois, je m’éveillais a trouver Sylvain  tirant un croquint de moi a dormir sur le canapé.

J’ai toujours aimé dessiner avec d’autres personnes sur le mÍme dessin et je suis Sylvain pour lui donner un essai . Nous avons fini par se disputer et avec Sylvain un argument passionnè pourrait facilement tourner physique de sorte qu’il ètait tendue  certains moments. Il ètait tres sérieux sur le dessin et que nous avons tiré sur la même page moi je tire des choses qui fait le dessin drole . Nous avons presque arrivés  poings sur cela, mais après un certain temps nous avons vraiment ri au nez . Je pense que c’était la première fois qu’il avait simplement tiré , que j’utilise pour dessiner et froisser les dessins et les jeter , alors qu’il recula et je les sauver et de les critiquer . C’est ce que je me souviens de lui , le niveau de passion pour son travail de son engagement ciblé hyper. Quand nous sommes allés  au barres il étais souvent interdit afin que nos options o˘ mince , ont finisaient dans les restaurants Algériens a boire et de manger .

napoblive.com
Dessin, Pastel par  Sylvain Gerard, 1995.

Durant ce mois, j’ai beaucoup appris sur la ville de Marseille et tous les artistes les plus célèbres et infâmes du XXe siècle qui sont passés par cette ville incroyable . Ce que j’ai appris de Sylvain a créé une marque indélébile et belle sur mon temps la. Alors c’était la nuit avant de partir pour Paris pour mon vol de retour , et Sylvain lui a suggéré de venir à Paris pour la journée , il serait alors passer à visiter sa mère . Il a suggéré que nous pourrions aller au Louvre , il m’a dit qu’il ne coûterait rien pour le billet de train parce qu’il est dans un fauteuil roulant et pour cela son billet serait libre . Fou que cela puisse paraître , je n’étais pas prêt à dire au revoir de sorte que le lendemain, nous avons pris le train pour Paris . Je ne sais pas aujourd’hui, mais en 1995 , les trains n’accueillirais pas les fauteuils roulants très bien , c’était une idée très brutale  a apprendre de qu’oit les gens en détresse handicapées doivent faire face tous les jours . Nous sommes arrivés à Paris et après le petit déjeuner ont c’est dirigé au Louvre. La politique était de personne en fauteuil roulant n’ont pas à attendre en ligne pour visiter, donc en quelques minutes, nous étions à l’intérieur . Sylvain avait été de nombreuses fois avant et connaissait tous les couloirs et les ascenseurs privés arrière du bâtiment donc j’ai eu un aperçu unique dans l’un des musées les plus célèbres du monde . Nous avons passé la journée entière , de discuter tableaux avec lui en me montrant ses tableaux préférés Courbet , et du côté de la peinture de Rembrandt de la viande bovine suspendu et a l’arrêt par la Mona Lisa qui avaient une soixantaine de personnes se pressaient autour, Sylvain m’a dit ” ne vous inquiétez pas a la voir, elle est surestimé , et vous serez déçu ” .

napoblive.com
Sylvain Gerard, Paris, Printemp 1995

Au mois ensemble, nous avions couvert beacoup de douleurs attribuer de ses années de la petite enfance, les cicatrices de l’abandon par son père. En réponse, nous avons donné de l’autre l’espoir et de soutien et d’amour. Aujourd’hui se rendre compte qu’il a disparu de ce monde est un jour très triste en effet, j’ai toujours pensé en quelque sorte, nous aurions une chance d’avoir un verre et rire et discuter encore une foi.

 

 

 

 

2 thoughts on ““Sylvain Gérard” Scène Artistique de Marseille circa 1995

  1. I almost never leave remarks, however i did some searching and wound up here Sylvain Gérard Scène Artistique de Marseille circa 1995 | Napo B “Live”.
    And I do have a few questions for you if it’s allright.
    Could it be simply me or does it appear like a few of the remarks appear like written by brain dead individuals?
    😛 And, if you are writing on additional places, I’d like to follow everything new you have to
    post. Could you make a list of every one of all your social sites like your Facebook page, twitter
    feed, or linkedin profile?

    Like

Your words appreciated

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s